Monsieur le taliban …

Il y a quelque temps j’ai été temoin  a un court dialogue. J’ai seulment écouté l’échange de paroles sans les voir, les deux personnages. Je peux faire une description des deux en partant des leurs voix.

Parce que le dialogue s’est déroulé en français je veux le decrire dans la même langue.

“Monsieur, monsieur le Taliban!” – dit la fillette, et sa voix doux me dit qu’elle devrait avoir cinq ou six ans, mais l’aplomb de sa voix me faire penser a une personne beaucoup plus vieille.

Mais personne ne réponde pas à son appel. En fait, le nom qui lui l’a posé, me fait penser a un monsieur barbus et un peu menaçant (un cliché de nos jours).

Je suppose qu’elle n’etait pas seule (nous ne trouvions dans un parc, quand même) mais, a cause de ma position, derriere un buisson, je ne pouvais pas voir la scene.

Elle insiste, avec la tonalité montée d’un cran.

Le monsieur, finalement, lui il à répondu, peut-être étant le seul “monsieur” alentour, ou il l’a regardée (amusé) et il a vue que c’etait lui avec qui elle parlait.

“Ma petite, pourquoi tu m’appelle comme ça?” et, selon sa voix, il avait l’age d’un grand-père.

“Parce-que vous êtes barbu!” continu-t-elle un peu contrariée, parce qu’elle voulait, peut-être, dire autre chose, “et tous les barbus s’occupent trop et très de Dieu et ils n’ont pas le temps de se raser et de se faire beaux.”

Je me trouve carrément bouche bée, avec son argument – “trop et très” , et je perd le rest du dialog.

Mais il me donne un tas des questions.

Ma façon de garder mes données en sécurité

(Ce post est ma traduction en Francais du mon post My way to keep my data safe)

Je ne sais pas s’il y a une méthode infaillible de conserver les données en toute sécurité.

Je ne suis pas une personne publique et les règles pour cette espèce d’humaines devraient être tout à fait différents.

Pendant le temps j’ai distillé quelques règles simples.

  1. J’utilise quatre adresses de courriel (e-mail) et chacun d’entre eux avec un autre mot de passe. Mais les quatre mots de passe sont des variantes d’un seul. Les différences sont, par exemple, de changer “a” en “A” ou “7” en “& “. Tout changement avec la touche majuscule.
  2. Deux de ces quatre adresses j’utilise seulement à recevoir du pourriel (spam), pour m’inscrire comme «membre» pour les diverses sites qu’ils demandent adhésion, pour pouvoir avoir accès.
  3. Chaque fois je remplis à la main le nom d’utilisateur et le mot de passe, je ne laisse jamais le navigateur de les mémoriser. Il est également un bon exercice pour la mémoire. La seule exception est le compte principal sur mon Smartphone.
  4. Jamais, je n’utilise jamais mon téléphone pour prendre des photos de moi même (je ne reconnais pas comme légitime le mot “selfie”). A cet effet, j’utilise un appareil photo, sans des caractéristiques FB ou Twitter.
  5. Pour des achats en ligne j’utilise une seule carte de crédit, la même tout le temps, seulement pour achats en ligne et nulle autre chose. Ou j’utilise PayPal.
  6. Pour toutes les cartes bancaires ou cartes de crédit je mémorise leurs numéros respectifs et je les remplis chaque fois; pas d’utilisation de fonction du navigateur de les garder. Encore meilleur exercice pour la mémoire.
  7. Tous les papiers présentant des données personnelles imprimées (le nom, l’adresse, le numéro de téléphone, etc) je les mis dans la déchiqueteuse.

Une ère passée

Devrait le faire: d’écrire le premier poste en Français.

Il m’arrive de tomber sur des idées, pour les poster ici ou pour d’autres fins, en marchant. Depuis quelque temps – il y a déjà trois ans – je m’efforce de faire dix kilomètres par jour. C’est chose connu que le bon usage des pieds fait du bien a la tête. Mais c’est aussi connu que le mal usage de la tête fait mal aux pieds.

S’arrivent des drôles des choses en marchant sur pas mal longues distances. Des fois tu parle à toi-même en te rappelant des faits depuis long temps oubliées, ou c’est qu’est-que tu croyais.

Il y à presque vingt ans depuis quand j’ai m’acheté le tout premier ordinateur PC, avec l’argent obtenu sur la vente de ma première voiture et en ajoutant comme vingt pourcent pour atteindre la faramineuse somme de 1995 US$. C’était l’année 1995 et venait de sortir le fameux Windows95 et j’ai acheté l’ordi avec la licence de Microsoft, un péché très grave parmi mes concitoyens. Je crois que j’étais le seul dans la grande ville faisant une chose pareille. Mais je voulais être correct et sans souci. Pauvre moi! Quelle naïveté!

Dix ans auparavant je déjà construisais mon tout premier « ordi » comparable aux performances du ZX-Spectrum. Mais ce vrai ordi PC était déjà le Soleil face à la Lune.

English: Sinclair 48K ZX Spectrum computer (19...

Sinclair 48K ZX Spectrum computer (1982) (Photo credit: Wikipedia)

J’ai beaucoup appris avec cet ordinateur. Le Windows venait de changer d’apparence vers le nouveau look, déjà connu des nos jours, du XP. Je l’ai installé de dizaine des fois, j’ai commencé à comprendre la structure encombrée du SO Windows, des fichiers ini, des fichiers dll et, le plus mystérieux, le Registry. Quels beaux jours!

Je me rappel que, même avant d’avoir mon PC, j’étais fan d’Excel – version 4, si je ne me trompe pas – et j’ai lu un livre sur ça jusqu’à je l’ai appris par cœur. Je suis devenu expert en Excel avant de le voir.

Mais je n’avais pas d’Internet.

En 1995 il était pas mal rare d’entendre parler d’Internet mais il était là déjà. Mon pays était parmi les touts premiers d’avoir Internet en l’Europe de l’Est, tour de 1992.

La Compagnie ou je travaillais était connectée au Internet et, d’une façon ou d’une autre, je devrais avoir Internet chez moi. Il n’était pas simple, parce qu’il n’y avait pas d’Internet commercial encore, pour le grand public, seulement venait d’être offert pour les compagnies.

Finalement je l’ai eu!

A la prochaine!